Bxl44DebriefFr

Les opposants aux brevets logiciels remontent en force sur le ring

Mercredi 14 avril, des centaines de soleils de baudruches jaunes ont illuminé le ciel bleu de Bruxelles. Vêtus des mêmes couleurs, plus de 600 manifestants contre la directive européenne sur la brevetabilité des logiciels ont défilé, à l'appel de la FFII, autour des institutions europénnes dans une marche pacifique ponctuée de spectacles [1]. Rassemblant plus de 25 pays différents [2], la participation a été encore plus importante que lors de la manifestation précédente en août dernier avant le vote du Parlement européen.

Lors de ce vote, le Parlement avait fortement amendé la proposition de directive émanant de la Commission européenne, redéfinissant clairement la non brevetabilité du logiciel. C'est donc tout naturellement dans l'enceinte du Parlement que la manifestation s'est poursuivie par une série de conférences dans un auditorium archi-bondé [3]. Les interventions des orateurs, dont un certain nombre de célébrités (Daniel Cohn-Bendit, "DVD Jon" Lech Johansen, Alan Cox, Georg Greve, etc.), ont toutes été de très haut niveau, dénonçant tant les conséquences désastreuses des brevets logiciels pour l'économie et la liberté des citoyens que le danger planant sur la démocratie européenne.

En effet, les amendements votés en septembre par les élus du Parlement sont aujourd'hui complètement ignorés par le Groupe de travail technique du Conseil de l'UE et par la Commission européenne, préférant favoriser les intérets économiques dominants des multinationales du secteur des Technologies de l'information et des télécommunications (TIC). Les discours de David Ellard, en charge du dossier à la Commission européenne, et de David Sant, du Bureau européen des brevets, ont particulièrement illustré cet aveuglement vis-à-vis des arguments des anti-brevets logiciels.

Le lendemain a été ponctué par un échange entre des militants du logiciel libre venus de toute l'Europe, avec une présence remarquée d'habitants des nouveaux pays entrant dans l'Union européenne, très sensibilisés aux atouts des logiciels libres et à la menace que les brevets logiciels font planer sur eux. Lors de cette journée organisée par le Groupe des Verts, quelques parlementaires européens ont également souhaité "libérer leur ordinateur" en remplaçant par des logiciels libres leur système d'exploitation Windows et d'autres applications propriétaires (avec l'aide du Groupe d'utilisateurs de Linux bruxellois).

Rendez-vous est donc donné pour la suite de ce second round avec des conférences en Slovénie et en Pologne ces prochaines semaines, puis un travail d'éductation de l'opinion lors des élections du Parlement européen en juin, et lors de la seconde lecture de la directive cet automne.

[1] Photos disponibles sur http://wiki.ael.be/index.php/Demo14and15aprilPictures

[2] Autriche, Australie, Belgique, Chypre, République Tchèque, Allemagne, Danemark, Estonie, Espagne, Finlande, France, Grande-Bretagne, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lituanie, Luxembourg, Lettonie, Pays-Bas, Norvège, Pologne, Portugal, Suède, Slovénie, Slovaquie

[3] Plus de 250 auditeurs

Hosting sponsored by Netgate and Init Seven AG